holigami
Portraits de femmes

Portrait : Manon, fondatrice de Holigami et naturopathe

Je suis heureuse de pouvoir vous présenter aujourd’hui un nouveau Portrait de femme ! C’est Manon, créatrice de Holigami, qui m’a fait l’honneur de répondre à mes quelques questions.

Manon fait partie de mes belles rencontres Instagram : depuis bientôt un an nous échangeons souvent. Son compte a évolué vers la création de reels inspirants, qui dénoncent les injonctions et sont garantis sans tabous ! Manon parle de règles, de sexualité, de libido… le tout avec une approche naturopathique !

Voici donc sans plus attendre son portrait hyper inspirant pour les femmes entrepreneures !

Peux-tu te présenter ainsi que ton parcours ?

J’ai un peu le parcours classique de la reconversion : j’ai fait un master de management international, j’ai travaillé dans un grand groupe puis j’ai voulu travailler dans une start-up dans la mobilité, TIER (les trottinettes électriques en libre service), c’était très intense, très intéressant, j’avais un poste de management. Sur le papier tout était parfait : le CDI, le bon salaire, l’entreprise moderne mais je me suis essoufflée.

Comment t’es venue l’envie de devenir naturopathe et de fonder Holigami ?

Lors du premier confinement, j’ai eu comme de nombreuses personnes une révélation : le job que j’ai actuellement est sympa mais ce n’est pas moi et je ne veux pas que ça soit mon futur.

Depuis mon adolescence, j’ai toujours été intéressée par le bien-être, je collectionnais les livres sur la santé, je regardais des reportages et surtout j’adorais conseiller mes amies.

Je connaissais de loin la naturopathie mais je ne m’étais jamais trop plongée dans les détails de cette profession. Et là, illumination : je veux être naturopathe.

manon-holigami

Tu es spécialisée dans l’accompagnement du féminin depuis la création d’Holigami, pourquoi ce choix ?

Dans mon passé, j’avais fait le choix de faire des études très générales pour pouvoir toucher à tout mais au final je me suis dit qu’en étudiant la naturopathie je ne voulais pas être généraliste, mais spécialiste.

Je n’ai pas eu besoin de réfléchir longtemps : “je veux aider des femmes à concevoir”. Je trouve ça si beau de pouvoir accompagner des femmes à connaître leur corps, à devenir maman.

Puis au fil des mois, je me suis rendue compte qu’il y avait un véritable vide sur l’accompagnement des femmes. Qu’on avait du mal à savoir comment arrêter la pilule, que faire lorsqu’on a un syndrôme pré-menstruel, etc. Alors en plus de travailler sur la fertilité, j’ai décidé de me former sur les troubles féminins.

Sur Instagram, tu parles sans tabous de sexualité, est-ce que ça a été difficile de te lancer sur ce sujet ?

Non, c’était aussi une évidence car étant très à l’aise sur ce sujet, je me suis dit que ça permettrait de faire tomber des barrières. J’ai envie de démocratiser la sexualité féminine, que les femmes se sentent libres !

Si tu avais trois conseils de naturopathe pour aider les femmes pendant leurs cycles, quels seraient-ils ?

Le premier conseil : écouter son corps. Il nous parle énormément, il nous montre quand on doit se reposer, prendre soin de soi et quand on peut gravir des montagnes.

Ensuite, ne pas culpabiliser lorsque l’on a des périodes de “dépression” ou de colère car une femme est cyclique et là est sa beauté, sa force. Alors si on a une petite crise d’anxiété, on se fait une petite cure de CBD et c’est reparti 🙂

Finalement, pour les femmes qui ont un SPM : adaptez votre alimentation. On évite de manger trop gras même si on a fortement envie d’un mcdo, on cuisine au maximum des légumes, des céréales complètes, et on consomme des oléagineux pour avoir de bonnes graisses.

holigami-naturopathe

Comment vis-tu ces premiers mois d’entreprenariat ? Quels sont tes défis ?

Ça me change la vie, je me sens tellement plus libre et épanouie. Mais je cherche encore mon équilibre car j’ai tendance à travailler tout le temps sans m’en rendre compte.

Mon défi principal est de me débarrasser du syndrome de l’imposteur. Je me limite énormément dans mes projets car j’ai peur de ne pas être à la hauteur, de décevoir les femmes que j’accompagne.

Quels sont tes projets avec Holigami ?

J’ai plusieurs projets, le premier est de lancer les accompagnements de groupe afin de créer des petites communautés entre femmes qui ont les mêmes objectifs (devenir maman, arrêter la pilule, combattre le SOPK, etc.).

Et mon rêve “ultime” serait de créer un lieu dédié aux femmes avec un panel d’expert.es, du yoga à l’hypnose en passant par un salon de thé, un concept store, bref je ne vais pas tout dévoiler…

Qu’aimerais-tu dire aux femmes qui hésitent à changer de voie ?

Ayez confiance en vous, en ce que votre coeur vous pousse à faire. Oui, c’est difficile mais tellement épanouissant. N’attendez pas de faire un burn-out pour quitter votre situation actuelle. Et si ça ne fonctionne pas, ce n’est pas grave, au moins vous aurez tenté !

***

Un grand merci Manon pour tes réponses !

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager sur Pinterest

naturopathe-sopk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *